woman_img

L'efficacité des opérations bariatiques

Pour un nombre croissant de soignants, la chirurgie bariatique (baypass, réduction de l’estomac, anneau gastrique) s’impose comme le seul traitement efficace à long terme, en cas d’obésité importante.

Toutefois, on ne peut pas envisager d’opérer toutes les personnes ayant une obésité sévère et il est indispensable de pouvoir proposer des solutions non chirurgicales pour traiter ces patients.
À moyen terme, l’efficacité de la prise en charge nutritionnelle est établie pour les obèses y compris de grade III (IMC>40 kg/m²). En revanche, il existe peu de données concernant le maintien de cette efficacité à long terme.

L’étude look-AHEAD a documenté, en fonction de l’IMC, la perte de poids dans les 4 années qui suivent l’introduction de mesures hygiéno-diététiques intensives chez des sujets diabétiques ayant une obésité importante.
Le « groupe intervention » a bénéficié de consultations rapprochées et de séances collectives pour modifier leurs habitudes nutritionnelles.

Des techniques comportementales étaient utilisées pour promouvoir le changement. Les objectifs étaient d’obtenir une perte de poids d’au moins 10 % par le biais d’un régime modérément hypocalorique, hypolipidique et restreint en graisses saturées. La perte de poids à 4 ans était de 4,9 % ± 8,5 % dans le sous-groupe des sujets avec obésité. Cela n’était pas statistiquement différent de ce qui est observé dans les autres sous-groupes (sans intervention).

En outre, une perte de poids plus importante (>10 %) était plus fréquemment observée chez le sujets obèses graves (26 % des sujets de ce groupe) que chez les obèses légers (21 % dans ce sous-groupe).

Concernant la reprise de poids entre la première et la quatrième année de suivi, les résultats montrent également que les obèses sévères n’évoluent pas moins bien que les autres : 47 % de ceux qui ont perdu plus de 10 % de leur poids à un an ont maintenu cette perte de poids à 4 ans.

Enfin, parmi les sujets obèses morbides qui ont perdu moins de 10 % du poids à la fin de la première année, 13 % ont continué à perdre du poids pour atteindre une réduction pondérale finale d’au moins 10 % à 4 ans.

En résumé, on peut aujourd’hui affirmer que les patients atteints d’obésité grave, quand ils participent avec assiduité à un programme d’éducation thérapeutique nutritionnelle, répondent de manière comparable aux autres obèses moins sévères.

Bien que la perte de poids obtenue par un suivi médical soit très inférieure à celle qui fait suite à la chirurgie bariatique, elle est suffisante pour que l’on propose aux patients prêts à se plier à un suivi régulier, mais qui sont réticents à cette chirurgie, un traitement efficace et sans effet secondaire !

Unick JL et coll. : Look AHEAD Research Group: The long-term effectiveness of a lifestyle intervention in severely obese individuals. Am J Med., 2013;126 : 236-42, 242.e1-2. doi: 10

La conclusion de cet article est que, temps que la personne n’est pas d’accord et prête à changer ses comportements alimentaires et n’est pas capable d’intégrer une nouvelle hygiène alimentaire, aucune méthode n’est efficace et miraculeuse à long terme.

Elle doit absolument intégrer une nouvelle hygiène alimentaire pour pouvoir dans un premier temps atteindre son poids idéal, mais surtout prendre conscience qu’elle ne pourra plus jamais s’alimenter comme auparavant, au risque de reprendre tout le poids perdu.

C’est dans cette direction que Dynaform, tout au long des programmes de suivi, vous donne les outils, les conseils pour bien appréhender et vivre cette nouvelle hygiène alimentaire respectueuse de vos besoins physiologiques pour éviter l’apparition de maladies métaboliques consécutives au surpoids. (Prothèse, diabète, hyper-tension, cholestérol, etc)

Nouvelle association Au cabinet Dynaform Lausanne

Voir la Dynanews

Et si vous preniez soin de vous avant la fin de l'année ?

Voir la Dynanews

Qu'est-ce que la faim ? versus les envies

Voir la Dynanews